Attestato Online
GDS CODE

AMADEUS: FGVRNNOV
SABRE: FG112474
GALILEO: FG36245
WORLDSPAN: FGVRNNO
Image/novohotelrossi_verona_carmina_burana1.jpg
BOOK HERE OUR EXCLUSIVE RATE

BOOK HERE OUR EXCLUSIVE RATE

Book now!
This offer is limited!
Réserver en ligne
Code Promo/IATA
Annuler - Options

CARMINA BURANA

CARMINA BURANA
09 Aout 2014 h. 22.00

Carmina Burana de Carl Orff.






 

Les Carmina Burana sont une cantate scénique composée par Carl Orff en 1935-1936. Le titre complet, en latin, est Carmina Burana : Cantiones profanae cantoribus et choris cantandae comitantibus instrumentis atque imaginibus magicis, ou « Poèmes de Beuren : Chants profanes pour chanteurs [solistes] et chœurs, devant être chantés avec instruments et images magiques ». Les Carmina Burana sont une partie de Trionfi, une trilogie musicale incluant également les cantates Catulli Carmina et Trionfo di Afrodite. Le mouvement le plus célèbre est le chœur initial O Fortuna, repris à la fin de l'œuvre.

Les Carmina Burana sont divisés en cinq sections, qui sont à leur tour divisées en plusieurs mouvements. Il y a en tout 25 mouvements dans la cantate (en considérant que le premier et le dernier sont les mêmes). Orff a placé l'indication attaca entre tous les mouvements d'une même scène. Entre parenthèses les numéros des manuscrits originaux dont il n'a gardé quelquefois que certains couplets.

  • O Fortuna Imperatrix Mundi [O Fortune, impératrice du monde]
  • Primo vere [Printemps : chants célébrant le renouveau de la nature] - inclut la petite scène Uf dem Anger [Dans la prairie)
  • In Taberna [Dans la taverne : chansons à boire et satiriques]
  • Cour d'amours [Chansons érotiques]
  • Blanziflor et Helena [Blanchefleur et Hélène]

La majorité de la structure de l'œuvre est basée sur le concept de la Roue de la Fortune. Le dessin de cette roue, qui se trouve sur la première page du manuscrit, est accompagné de quatre phrases autour de la roue :

« Regnabo, Regno, Regnavi, Sum sine regno » [Je règnerai, Je règne, J'ai régné, Je suis sans règne]

À l'intérieur de chaque scène, et parfois même à l'intérieur d'un mouvement, la Roue de la Fortune tourne ; la joie se transforme en amertume et l'espoir en deuil. O Fortuna, le premier poème dans l'édition Schmeller, est à la fois le premier et le dernier mouvement de l'œuvre.